Somberblog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

nov 1

...

oct 19

Le bien et le mal

J'ai pu remarquer que dans la société, les gens ont surtout tendance à remarquer et à mettre en évidence les défauts des autres, le pire de ce qu'ils peuvent être. Ils n'essayent jamais de voir leurs qualités, de voir le meilleurs en eux.
Je pense qu'il vaut mieux essayer de voir le meilleur des gens avant d'en voir le pire. Comprendre leur réactions assimilables à des défauts, et ne pas accabler les gens avec lesdits défauts. Cela implique tout d'abord de ne pas avoir de préjugés immuables, et être prêt à réviser son opinion sur quelqu'un à tout moment.

Pour ma part, j'essaye de ne considérer les gens que par leurs qualités, et de faire abstraction de leurs défaut. Quelqu'un sans défauts me serait antipathique, car j'éprouverai une trop grande jalousie. On ne peut atteindre la perfection, car le fait de ne pas avoir de défaut en est un.
Si les gens pouvait voir les qualités de leurs congénères plutôt que leurs défauts, le monde irait certainement bien mieux !

juil 12

Geek / nolife - Reflexions sur le "geekisme"

Cet article étant un peu complexe, pour ne pas qu'il y ait de malentendus, je vais commencer par expliquer la différence que je concois entre geek et no-life

Geek : Un geek est quelqu'un pour qui une (ou plusieurs) de ses passions prennent une part importante dans sa vie. Et ce terme est le plus souvent utilisé pour l'informatique. Il y a plusieurs niveaux de "geekitude". Et contrairement à ce que pas mal de gens semblent croire, les geeks sont parfaitement capables d'avoir une vie sociale cohérente et normale, jusqu'à un certain niveau de "geekitude"
Enfin, je rappelle que la société actuelle étant fortement basée sur l'informatique, il faut qu'il y ait des geeks en assez grand nombre.

No-life : Terme appliqué quasi-uniquement à l'informatique, il désigne un très haut niveau de "geekitude" où le geek est tellement accro à sa passion qu'il finit par ne plus avoir de vie sociale. A lire : chronique d'un nolife d'ogame

Pour finir, j'ai longtemps été dans la catégorie "no-life", et grâce à djamila, j'ai pu recommencer à avoir une vie "presque" normale, même si je reste un peu geek (mais il faut bien, sinon, je trouverai jamais de plaisir à bosser dans l'informatique^^)
Attention, je vais alterner des propos globaux, et des détails personnels tout au long du billet, essayez de pas vous y perdre.

Lire la suite...